Louvre Hotels arrête la sous-traitance au Campanile et Première Classe Suresnes

Louvre Hotels, deuxième groupe hôtelier en France, arrête la sous-traitance dans deux de ses hôtels, Campanile et Première Classe, à Suresnes. Cette décision fait suite à une longue bataille menée par les femmes de chambre et gouvernantes employées par la société sous-traitante Deca Idf.

Le

Les femmes de chambres et gouvernantes salariées de la société de nettoyage Deca Idf, sous-traitant des hôtels Campanile et Première Classe du pont de Suresnes, s’étaient mis en grève avec une partie des salariés en interne il y a près d’un an. Le mouvement soutenu par leurs syndicats CGT et CNT (CNT-Solidarité ouvrière) avait duré 28 jours.

À l’époque, la société Deca Idf payait ces salariés à la chambre nettoyée, estimant qu’il était possible de faire 4 ou 4,25 chambres par heure, ce qui entrainait des cadences infernales et des heures supplémentaires non payées.

Cette grève leur avait permis d’obtenir, en mars-avril 2012, plusieurs avantages dont notamment la fin du travail à la chambre remplacé par l’installation d’une pointeuse pour un paiement au temps de travail effectif, la diminution des cadences, la suppression de la clause de mobilité et une revalorisation des salaires.

Mais suite aux difficultés financières de Deca Idf, mise en redressement judiciaire, les femmes de chambre et gouvernantes appuyées par leurs syndicats ont réussi à obtenir leur intégration au sein de Louvre Hotels à compter du 1er août 2013. Victoire qui a été obtenue sous la menace d’une grève en cas d’arrivée d’un nouveau sous-traitant.

Pour les salariés, cette intégration représente l’obtention d’un 13e mois, une prime d’habillage déshabillage, la revalorisation des indemnités nourriture, la participation aux bénéfices et intéressements, soit au total un gain d’environ 200 euros par mois par salarié selon la CGT.

La direction du groupe a présenté cette intégration comme un « test » qui pourrait s’étendre à d’autres hôtels. Actuellement, 60 % du nettoyage est confié à des sous-traitants.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Recevoir l'actualité par email

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR CHR HEBDO