Des smileys pour évaluer l’hygiène des restaurants ?

La Direction générale de l’Alimentation (DGAL) souhaite mettre en place l’utilisation de smileys verts, oranges ou rouges pour renseigner les clients sur le niveau d’hygiène des restaurants.

Le

Verra-t-on bientôt des smileys rouges et verts apparaître sur les vitrines des restaurants ? C’est en tout cas ce que souhaite la Direction générale de l’alimentation (DGAL) qui souhaite mettre en place cette pratique pour informer les clients sur le niveau d’hygiène des établissements.

Les restaurants conformes aux normes sanitaires se verront ainsi gratifiés d’un smiley vert, mais en cas de problèmes d’hygiène ils recevront un smiley orange, voire rouge !

Objectif de transparence

Pour justifier de l’utilité de ce dispositif, le patron de la DGAL Patrick Dehaumont a cité plusieurs villes et pays dans lesquels il existe déjà tels que le Danemark, New York ou encore Shanghai. « Nous allons devoir lancer une expérimentation, dès le courant 2015, dans une région ou un département », a-t-il précisé.

Pour cela, la mesure doit être adoptée dans le cadre de la Loi d’avenir pour l’agriculture qui sera votée jeudi par le Parlement. Cette loi inscrit "le principe de la mise en transparence des résultats des contrôles" effectués par la DGAL dans tous les établissements (industries et restauration commerciale). Elle vise à garantir que tout citoyen ait accès au résultat des contrôles.

Le gouvernement tempère

Si le projet de loi d’avenir pour l’agriculture prévoit en effet que « les résultats des contrôles effectués en application du plan national de contrôles officiels pluriannuels seront rendus publics selon des modalités fixées par voie réglementaire », ces modalités n’ont toutefois pas encore été fixées.

Dans un communiqué publié lundi, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a déclaré que « la manière dont les résultats de ces contrôles seront rendus publics n’est pas prévue par la loi et que les modalités de cette publicité seront arrêtées suite à une large concertation » entre le gouvernement et les professionnels.

D’autre part, la ministre Carole Delga, qui a rencontré le président de l’Umih, s’est dit « très réservée » quant à cette proposition de la DGAL. Elle a également précisé qu’elle serait « très vigilante quant à la concertation menée avec les professionnels de la restauration ».

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Recevoir l'actualité par email

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR CHR HEBDO