Paris fait de la place pour 56 food trucks

Suite à l'appel à projets lancé par la ville, Paris accueillera 56 food trucks sur 20 sites dédiés. Les heureux élus devront s’acquitter d'une redevance équivalent à 8 % du chiffre d’affaires.

Le

La ville de Paris a rendu son verdict. Suite à l’appel à projets lancé en avril dernier, la mairie a retenu 56 food trucks qui seront autorisés dès le mois de juillet à arpenter les rues de la capitale pour exercer leur activité de restauration sur l’un des 20 sites dédiés. Au total, ils étaient 158 à avoir candidaté.

Parmi les camions ayant obtenu le précieux sésame, certains sont déjà bien connus du grand public, comme le Daily Wagon, Bügelski ou encore Les Bocaux du chef Marc Veyrat. Mais Paris accueillera également de petits nouveaux parmi lesquels Le Canard Huppé, Bien Fait ou Super Fringale. Le célèbre Camion qui Fume, l’un des pionniers du secteur n’a quant à lui pas été retenu.

Tous devaient respecter un cahier des charges exigeant : qualité et diversité de l’offre (bio ou circuits courts), politique environnementale et prix abordables. Pour une période test d’un an, les camions se partageront 130 créneaux d’occupation sur 20 sites dédiés dans dix arrondissements. Les camions pourront se positionner sur un même créneau au maximum deux jours par semaines. Les arrondissements qui accueilleront le plus de camions sont le 15e (5 sites) et le 19e (3 sites).

Une taxe équivalent à 8 % du chiffre d'affaires

Seule ombre au tableau pour les entrepreneurs, la taxe mensuelle exigée par la ville. Celle-ci s’élèvera en effet à 8 % du chiffre d’affaires hors taxe, avec un minimum garanti de 70 à 135 euros. Un montant qui semble relativement peu adapté à ce secteur où les marges dépassent rarement 10 %.

Photo : Daily Wagon Facebook

Recevoir l'actualité par email

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR CHR HEBDO